Découvrir l’Isan (1/2)

L’Isan, c’est un peu la Thaïlande secrète, cachée, oubliée du tourisme occidental. À lui seul, ce critère a suffit à me convaincre de découvrir cette région du Nord-Est. J’aime beaucoup parler de cette partie de mon voyage, sans doute parce que c’est l’une des plus belles parties de mon voyage. Pour la claque que j’ai prise, pour ses paysages et ses locaux. L’Isan est une région peu visitée, et c’est peut être pour ça qu’elle est encore préservée.

Après une nuit en couchette dans mon petit train thaïlandais bringuebalant, je suis arrivée à Nong Khai. Une ville un peu terne. Tout de suite, je me suis rendue compte de la pauvreté : les routes ne sont pas les mêmes et c’est le moins que l’on puisse dire, les tuk-tuk changent, l’allure des gens n’est pas la ême. Oui, l‘Isan, c’est la promesse de l’authenticité. Alors on se rend vite compte qu’on n’est plus dans une ville qui a évolué avec le tourisme et la mondialisation, contrairement à Bangkok. Ce n’est pas plus mal inalement.

OÙ DORMIR ?

Mutmee Guesthouse

J’ai posé mes sacs au sein de la Mutmee Guesthouse. Le petit plus ? Un jardin bucolique abrité entre végétation et luminions. Vous pouvez même vous faire masser en costume traditionnel, en profitant du cadre et de la vue sur le Mékong. Elle se situe sur la fin d’une petite balade sur des quais aménagés. Si il y a une chose à faire à Nong Khaï, c’est sans doute cette promenade qui longe le Mékong.

VISITER LA CAMPAGNE

Très vite, on a appris que la ville de Nong Khai n’était pas particulièrement intéressante. Ce qui vaut le coup, c’est de se balader dans la campagne environnante. D’arpenter les villages perdus et parcourir les routes au milieu des rizières.

En se perdant, et c’est toujours ce sentiment que j’ai, partout où je voyage : c’est le hasard qui fait le voyage. En prenant le temps de profiter et de sillonner les villages, on a pu tomber sur des écoles et essayer d’entamer des dialogues avec les écoliers, dont l’émerveillement était presque palpable. Prendre des photos avec eux : c’est tout ce qui leur tenait à coeur. C’est une des plus belles expériences que je garde de ce voyage.

S'IMPRÉGNER DE LA CULTURE

Visiter les temples, parfois mystérieux, d’autres fois très luxuriant même en pleine campagne, reste un incontournable. On est loin des temples de Bangkok mais on se tient pourtant face à des temples somptueux.
Le temple Sala Kaew Ku est très mystique. Les statues semblent habitées, et c’est un lieu dans lequel on peut vite se sentir mal à l’aise. L’expérience est vraiment particulière et je conseille vivement d’aller y faire un tour pour se faire un avis. 

SE LAISSER PORTER

C’est sans doute dès lors que j’ai mis un pied à Nong Khaï que j’ai compris l’intérêt de voyager à un rythme tout doux pour pouvoir en profiter pleinement. Je me suis laissé le temps de m’arrêter là où le paysage me plaisait. J’ai garé mon scooter à même la route un nombre incalculable de fois pour pouvoir admirer ce qui se dressait sous mes yeux. J’ai rencontré des gens, suivi les conseils de backpackers. 

Pour aller plus loin, je vous invite à lire mon article sur Nong Khai sur le blog des carnets de traverse ! Et rendez-vous très vite
pour la suite de mes aventures en Thaïlande !

15 réflexions sur “Découvrir l’Isan (1/2)”

  1. C’est très joli. La région a l’air très différente de la région de Chiang Mai, qui a l’air beaucoup plus développé !
    Avec plus de temps, nous aurions aimé y aller, mais malheureusement…

    1. Oui la région de Chiang Mai est plus développée. Le Nord de la Thaïlande est une région merveilleuse. À l’est on a l’authenticité, et à l’ouest les montagnes ! :)

  2. Et oui, tu as tout compris ! Ceux qui critiquent la Thailande en la disant trop touristique, pas « authentique » etc devraient en prendre de la graine ! Il faut bouger et sortir des autoroutes du touriste de base et voilà !

  3. Bravo Amélie pour avoir su retranscrire la vie en Isan – une région qui mérite d’ être découverte par ceux qui veulent sortir des sentiers battus.
    Nous y travaillons modestement avec notre village!
    Si a l’ avenir votre route vous mene jusqu’a nous, nous serons ravis de vous accueillir et vous faire partager notre quotidien en Isan.
    A bientôt? JC/ NONTAYA

    1. Bonjour JC. Je me suis rendue sur votre site mais je ne parviens pas à connaître votre localisation en Isan! J’espère vraiment que la route me reconduira en Isan un jour… Au plaisir!

  4. Peetroons Micheline

    Hello Amélie,
    Super toutes ces belles photos et ces infos sur l’Isan. Nous préparons notre voyage vers le Laos en Novembre-Décembre de cette année et nous allons tout d’abord passer une dizaine de jours dans l’Isan que nous ne connaissons pas encore. Peux-tu nous dire quels sont les sites incontournables et ceux qu’il faut éviter car pas intéressants. Merci encore pour tous tes conseils et coups de Coeur !
    Micheline

    1. Bonjour Micheline! Merci pour ces compliments :) Je ne me suis pas trop éloignée de la région de Nong Khai et Phimai lors de mon séjour en Isan. Si je dois vous donner un conseil si vous allez à Nong Khai, c’est de prendre la route (en particulier les routes 212 et 211) : rizières, villages, écoles et temples sont au programme. Je n’ai rien trouvé d’inintéressant en Isan si ce n’est la ville même de Nong Khai qui n’est pas particulièrement attrayante. Bon voyage!

  5. Bonjour Amelie, je te sollicite car je prévois un roadtrip en Thailande avec mon compagnon et la région d’Isan ferait partie de nos envies. Je ne sais pas à quel moment de l’année tu t’y es rendue mais ça me confirme que c’est magnifique. Nous partons de fin mars à mi avril, je me demandais si tu savais ce qu’il en est du climat à ce moment-là. Est-ce possible ou fait-il trop chaud? Félicitations pour ton site, les photos sont incroyable, elles seules font déjà voyager! Un grand merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page