Découvrir l’Isan (2/2) : Phimai

L’Isan est une région oubliée du tourisme occidental, et c’est sans doute ce qui fait encore son charme et son authenticité. J’ai aimé découvrir, même peu cette région « délaissée », qui a été pour moi la meilleure partie du voyage.

Après Nong Khaï, j’ai poursuivi mon chemin vers une petite ville de l’Isan un peu plus visitée par les touristes, située sur la route des citadelles khmères : Phimai. Ce petit bout de terre abrite le temple Wat Phimai, qui aurait inspiré le temple d’Angkor au Cambodge (mais ce n’est pas avéré). Nous y sommes resté 2 jours, ce qui a mon sens est suffisant pour s’imprégner des lieux et prendre le temps de visiter la ville, ses temples et son vieux Banyan.

À voir / à faire à Phimai :

PRASAT PHIMAI

prasat phimai
À ce stade de l’aventure, je me suis directement prise pour Lara Croft. Les citadelles khmères m’ont particulièrement touchée. J’ai été émerveillée par ces vieilles pierres, dont l’architecture m’a toujours fascinée. Le Prasat Phimai a été mon premier temple khmer. C’est ensuite à Ayutthaya (je vous en parlerai plus tard), que j’ai été comblée!

WAT DERM

Temjai

L’un de mes plus beaux souvenirs de Thaïlande, et particulièrement en Isan, c’est à l’imprévu et à la visite de Phimai que je le dois. En entrant par hasard dans le Wat Derm après notre visite de Prasat Phimai, nous avons fait la rencontre de Temjai, un moine au coeur sur la main. Il nous a d’abord « enseigné » les différentes façons de prier Bouddha, l’origine des statues présentes dans le temple. Alors, on a discuté. C’était fou d’entendre parler Anglais. Ensuite, Temjai nous a invité au rituel post-prière qui consiste à secouer une petite boite pleine de « baguettes » rouges (si quelqu’un connaît cette tradition, je veux bien qu’il développe :)). Cela consiste à faire tomber un numéro qui nous indique ensuite tout un tas de choses sur nous. Difficile de m’expliquer ce que mon numéro représentait, il m’a donc affirmé que j’aurais beaucoup de chance dans la vie. À la fin de notre échange, Temjai a noué des bracelets de cotons autour de nos poignets en prenant soin de les « bénir ». Un grand moment pour moi qui avait beaucoup entendu parlé de cette tradition-privilège. Nous avons aussi été conviées à revenir le soir pour assister à une cérémonie bouddhiste. Un moment inoubliable.

Offrandes

"J'espère vous revoir un jour. Peut-être dans 5 ans?"

— Mots d'adieu de Temjai. 
Secrètement, je me fais la promesse de revenir un jour à Phimai pour le revoir

LE BANYAN DU PARC SAI NGAM

Sur la route du sai ngam
sai ngam phimai

Vieux de 350 ans, ce banyan est le plus vieux et le plus imposant de Thaïlande. Le cadre est vraiment agréable. Même si on sent un peu le piège à touristes (offrandes, animaux en cage à libérer…), la visite vaut le détour. Le soleil décide de se lever lorsqu’on visite ce joli parc.

Le Banyan de Phimai

Sur la route du retour, on est intriguées parce qui semble être une cérémonie inaugurative. Alors, on s’invite…

LE GRAND BOUDDHA BLANC

bouddha blanc

(Impossible de retrouver le nom du temple mais Phimai est toute petite, vous ne pourrez pas le louper). Si vous y passez, vous pourrez admirez le magnifique bouddha blanc flambant neuf de ce temple. Nous avons (complètement par hasard) pu assister à l’inauguration de ce bouddha, qui a été construit en plusieurs années. La cérémonie consistait à re-draper le bouddha d’une robe orange. Ce jour là, nous avons rencontré Tasanee, qui nous conduit jusqu’à chez elle (à 3 sur un scooter, c’est à tester avec un Thaï). Elle a tenu à nous ouvrir à boire et des mangues séchées. Elle apprenait l’anglais grâce à sa soeur, enseignante. Elle nous mettra en garde sur certains Thaï qui parfois profitent des touristes. Nos adresses échangées, nous repartons en direction de notre guesthouse pour la suite de notre roadtrip. Je garde de Phimaï, et de l’Isan en général ce sentiment de bienveillance de la part des locaux, beaucoup d’humilité aussi, et une générosité sans égal.

changement de robe
Grand bouddha blanc de Phimai
ALORS, L’ISAN ÇA VOUS DONNE ENVIE ? N’HÉSITEZ PAS À PARTAGER VOS EXPÉRIENCES OU VOS POINTS DE VUE EN COMMENTAIRE !

12 réflexions sur “Découvrir l’Isan (2/2) : Phimai”

  1. La partie khmère de la Thaïlande est effectivement injustement méconnue et l’un de mes plus beaux souvenirs de voyage en Thaïlande (et de voyage tout court) : ceux qui auront le courage d’emprunter la longue (et pas très bonne) route jusqu’à Ubon Ratchathani à l’extrême est du pays, proche de la frontière avec le Cambodge seront récompensés par des visites de temples khmères magnifiques et quasi déserts, donnant parfois l’impression d’en être les premiers découvreurs. Phimai n’est qu’une sorte de mise en bouche comparée à ces sites plus lointains…

    Quant à la boite et aux baguettes rouges, il ne s’agit pas d’une prière mais d’une méthode divinatoire d’origine chinoise (un petit coup de google m’apprend que son nom savant est achilleomancie) et dont l’interprétation s’appuie sur les principes Yin et le Yang, c’est à dire sur les préceptes taoïstes (lesquels n’ont rien à voir avec le bouddhisme, et surtout le bouddhisme Theravada pratiqué en Thaïlande). Fin de la petite parenthèse savante :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page