Nhung — rencontre au Viêt Nam

Le Viêt Nam a été l’un de mes voyages les plus inoubliables. Pendant ce voyage, j’ai vu beaucoup de paysages, des vieilles pierres… mais j’ai surtout rencontré des personnes incroyables. Je voudrais vous raconter l’histoire d’une de ces rencontres qui marquent une vie. On ne les soupçonne pas, et pourtant elle viennent nous cueillir un beau jour, au gré du chemin. Elles sont pour moi l’âme des voyages, elles leur donnent toute leur coloration et leur splendeur. Partis de Quy Nhon tôt le matin, on avait pris l’habitude des longs trajets, et pour celui-ci plus de 6h de route à moto nous attendaient. Un trajet long, où je n’ai pas manqué de nous perdre avec mon sens du copilotage légendaire… 

Arrivés à notre guest house, éprouvés par ce long voyage fatigant, j’ai vu Nhung pour la première fois. Lumineuse comme un soleil. Douce comme une caresse. Elle nous accueillait avec un immense sourire et une énergie débordante de vouloir bien faire. Nhung, ça se dit « Nioum ». Ça veut dire velours, et ça lui va à merveille. 

Avec mon amoureux, nous avons pour habitude de créer des liens, d’apprendre qqs mots de la langue, de sympathiser avec qui croise notre route. C’est donc très naturellement que nous avons proposé à Nhung de partager un repas. Apprenant que j’étais photographe, elle m’a semblé vraiment fascinée. Je lui ai proposé de faire des photos avec moi, de poser dans les rizières mais elle n’a pas tout de suite accepté. Elle semblait gênée alors je n’ai pas insisté.

 

Finalement, après plusieurs heures de réflexions, Nhung avait finalement décidé d’accepter ma proposition. Et c’est comme ça que notre histoire d’amitié est née.

Nhung-Viet-Nam-3

Deux séances. Une au lever du soleil, une au coucher… et entre ces deux moments, des soirées à discuter dans un anglais approximatif, des repas et des bières partagés, des escapades à Hoi An et à Danang, des karaokés, des séances de yoga, des fou-rires et des larmes, des cours de natation pour lui apprendre à nager, un restaurant, du shopping… Au lieu d’y passer les 5 jours initialement prévus, nous en avons passé 15 et avons dû renoncer à Sappa. Mais je le referais 100 fois, 1000 fois si c’était à revivre.

Nous avons beaucoup pleuré en nous quittant. Des adieux déchirants. Il y a ces personnes que l’on rencontre et qui nous marquent pour la vie, qui nous sont familières, dont on a l’impression de tout connaître. C’est comme si l’on s’était déjà aimées dans une autre vie. Au moment de se dire au revoir, le départ à un goût si douloureux.

Un an plus tard, c’est ma mère qui y est retournée. Elle a fait une photo avec Nhung. Et ça m’a beaucoup émue de les voir ensemble. J’avais donné quelque chose pour Nhung, et elle avait confié à ma mère un petit sac en rotin (que j’avais cherché à l’époque en vain, dans les rues de Hoi An, avec elle), avec une lettre à l’intérieur. J’ai tellement pleuré en lisant son petit mot. 

 

Depuis l’été 2017, Nhung et moi échangeons régulièrement, en rêvant de nous revoir un jour. Je pense à elle très souvent. Je garderai toujours dans un coin de mon cœur, ce sourire rayonnant, derrière lequel se cache une femme forte avec une histoire difficile. Nhung est aujourd’hui une mère célibataire qui élève seule sa fille. Elle est un vrai symbole de courage et de détermination, dans un pays où la condition des femmes a encore bien du chemin à faire.

Nhung, si tu passes par là… Tôi yêu bn. Tôi nh bn. 

  

Et vous, quelles rencontres vous ont marqué en voyage ?

1 réflexion sur “Nhung — rencontre au Viêt Nam”

  1. The happinest and luckiest are met you, become your friend in this life. Thank you so much for this post. Thank you so much for our memories. Every words, every moments come back, like yesterday <3 <3.
    We're living in different contries, but you always beside me in the worst time. Thank you so much my dear <3
    Over words I can say. Miss you both too much <3 <3

Répondre à Vu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page